Médias sociaux : Haro sur le mythe.

Avez-vous le sentiment, comme moi, que des articles de plus en plus critiques à l’égard de l’usage des médias sociaux fleurissent comme perce-neiges au printemps?

Deux exemples : cet article publié le 1er août par le cabinet de conseil en médias sociaux Deming Hill qui nous explique pourquoi les cadres dirigeants haïssent les médias sociaux (ici synthèse en français de l’article), ou encore ce post de Gregory Pouy qui nous explique carrément que la majorité des actions sur les médias sociaux sont des échecs.

« haïssent » « échec », les mots sont forts et tranchent singulièrement avec le vocabulaire usuel : « révolution » « communauté » « j’aime » « partage » etc.

Haro sur le mythe et c’est tant mieux!

Si la tendance se confirme – celle qui consiste à mettre plus souvent le doigt là où ça fait vraiment mal – les professionnels du web que nous sommes auront tout à y gagner : une position assumée (les médias sociaux, ce n’est pas la révolution), un discours réaliste (cessons de parler de Facebook comme le troisième pays au monde!), débarrassé des oripeaux du vocabulaire pseudo-geek qui ne flattent que l’égo de ceux qui l’utilisent.

Auteur du billet : 

J'accompagne les entreprises dans leur communication sur les médias et réseaux sociaux : stratégies de contenu et d'animation, community management, formation, conférences. Je suis basé à Rennes, en Bretagne.