Veille économique : le web sous-estimé 17

Les entreprises bretonnes utilisent de plus en plus le web pour faire leur veille, mais elles le maîtrisent mal. Rapport de l’Arist sur la veille économique dans notre région.

L’Arist Bretagne (Agences Régionales d’Informations Stratégiques et Technologiques) a fait paraître la 8e édition de l’enquête sur les pratiques de veille et d’Intelligence économique réalisée auprès de 226 entreprises bretonnes.Le document de synthèse de cette étude présente des données très intéressantes en ce qui concerne l’usage du web dans les entreprises de notre région.

On y apprend notamment que :

1) Pour la première fois, l’internet gratuit arrive en tête des sources de veille, devant la presse.
2) Un nombre important d’entreprises (le chiffre n’est pas précisé) admet que son niveau de maîtrise des outils de veille sur internet ne permet pas d’assurer une veille satisfaisante et efficace.
Le problème : la connaissance encore très partielle de la palette des outils du web, ainsi qu’un faible recours à des formations. A noter que 2/3 des entreprises interrogées restent dubitatives sur l’apport de formations sur la veille sur internet. Les auteurs du rapport de s’interroger : « Peut-être ces entreprises ne sont-elles pas suffisamment conscientes des risques encourus par (…) l’efficacité réelle des outils de surveillance qu’offre le web ».

Peut-être et même sûrement!

J’ai dîné récemment avec un repreneur d’entreprise dans le secteur du solaire. Il connaissait l’existence de Twitter mais sans en connaître réellement le principe, et tenait ça pour un « autre Facebook ». Comme une bonne démo vaut mieux qu’un long discours, j’ai simplement cherché le mot « solaire » dans l’application Twitter de mon smartphone.  Les trois derniers posts, qui avaient moins de 2 minutes d’existence (j’ai quand même eu un peu de chance, je l’avoue) lui ont permis d’apprendre 1- la construction d’une nouvelle centrale solaire, 2- le nom d’un magazine en ligne consacré au solaire et dont il ignorait l’existence, et 3- dans ce même magazine, un article sur le chauffage solaire individuel, au coeur de son métier. CQFD.

Et ce n’est que Twitter! Que dire du potentiel que représente une bonne gestion de flux RSS bien pesés et sélectionnés? Combien d’entreprises utilisent ne serait-ce que les alertes google pour suivre leur propre actualité sur le net, ou celle de leurs concurrents?

Les outils sont nombreux pour rester connecté à l’actualité de son secteur. L’un d’entre eux m’a paru particulièrement intéressant et je suis en train de le tester : Gist. A la fois gestion de contact et gestionnaire de réseaux sociaux, Gist permet de hiérarchiser la liste de ses contacts par importance (clients triés par CA par ex). Les contacts sont automatiquement mis à jour avec votre gestionnaire de contact habituel  (contacts gmail dans mon cas). L’intérêt de Gist : se faire un journal de bord sur mesure des actualités de ses clients et/ou concurrents, entreprises ou personnes. Il aggrège les flux RSS, les actus Facebook et Twitter.

Seul inconvénient  : le temps de paramètrage de l’outil. A suivre…
Mis à jour du 17 mars 2010 : Sébastien m’a gentiment signalé test vidéo de Gist, réalisé par Intruders.

QUELS OUTILS UTILISEZ-VOUS POUR EFFECTUER VOTRE VEILLE?

Votre réponse m’intéresse.
J’aggrège mes flux (une centaine environ) sur Netvibes. J’utilise énormément Twitter, la grande majorité de mes followings étant des pros du web ou bloggers sur le web.

Pour en savoir plus : le portail de l’Intelligence Economique en Bretagne.

Auteur du billet : 

J'accompagne les entreprises dans leur communication sur les médias et réseaux sociaux : stratégies de contenu et d'animation, community management, formation, conférences. Je suis basé à Rennes, en Bretagne.

  • Stam

    Le problème c’est que Facebook et Twitter fournissent de l’information brute. Il n’y a aucun raisonnement derrière, l’information est dé-hiérarchisée.
    De plus il est extrèmement facile de la manipuler. Maintenant que je sais que votre client est interressé par ce domaine très spécialisé, une désinformation ou une rumeur est facile à mettre en place avec des #hashtags précis.

    Enfin, l’information sur Twitter n’a d’intérêt que s’il y a des RT. Or bien souvent, les articles originaux ne viennent pas de Twitter étant donné le format court.
    Si on effectue une veille précise avec des outils gratuits comme Pikanews ou autre et une recherche longue et fastidieuse il faut l’avouer de blogs/sites/forums/bbs/groupes on peut vite se retrouver avec énormèment de flux RSS.

    D’ailleurs et trop de gens l’oublient surtout ceux qui ne voient dans le web2.0 qu’un nouveau moyen d’information et de communication au lieu d’une avancée technologique réelle (ajax and co), le RSS n’est pas fiable l’ATOM l’est beaucoup plus. Il existe beaucoup d’autres technologie de micro formats.

    Pour terminer, si l’on parle de RSS au sens général, je n’ai toujours pas trouvé l’intérêt de passer par un client propriétaire souvent avec du code lourd. C’est le cas de l’agrégateur de flux d’actualités GESTE qui est voué à sa fin : que est l’intérêt de passer par ce client alors qu’on peut le faire sois meme?

    Rien ne vaut un bon addon firefox pour lire les flux, les classer…Passer par un client ne sert à mon sens que pour mixer ses flux RSS.

    Enfin j’ai toujours été réticent à Netvibes qui résume l’actualité plutot qu’autre chose, de toute facon la présentation des flux n’est pas du tout optimal et c’est bien pour ca que c’est une « page d’accueil » : on y met sa météo, son agenda…

  • Stam

    Le problème c’est que Facebook et Twitter fournissent de l’information brute. Il n’y a aucun raisonnement derrière, l’information est dé-hiérarchisée.
    De plus il est extrèmement facile de la manipuler. Maintenant que je sais que votre client est interressé par ce domaine très spécialisé, une désinformation ou une rumeur est facile à mettre en place avec des #hashtags précis.

    Enfin, l’information sur Twitter n’a d’intérêt que s’il y a des RT. Or bien souvent, les articles originaux ne viennent pas de Twitter étant donné le format court.
    Si on effectue une veille précise avec des outils gratuits comme Pikanews ou autre et une recherche longue et fastidieuse il faut l’avouer de blogs/sites/forums/bbs/groupes on peut vite se retrouver avec énormèment de flux RSS.

    D’ailleurs et trop de gens l’oublient surtout ceux qui ne voient dans le web2.0 qu’un nouveau moyen d’information et de communication au lieu d’une avancée technologique réelle (ajax and co), le RSS n’est pas fiable l’ATOM l’est beaucoup plus. Il existe beaucoup d’autres technologie de micro formats.

    Pour terminer, si l’on parle de RSS au sens général, je n’ai toujours pas trouvé l’intérêt de passer par un client propriétaire souvent avec du code lourd. C’est le cas de l’agrégateur de flux d’actualités GESTE qui est voué à sa fin : que est l’intérêt de passer par ce client alors qu’on peut le faire sois meme?

    Rien ne vaut un bon addon firefox pour lire les flux, les classer…Passer par un client ne sert à mon sens que pour mixer ses flux RSS.

    Enfin j’ai toujours été réticent à Netvibes qui résume l’actualité plutot qu’autre chose, de toute facon la présentation des flux n’est pas du tout optimal et c’est bien pour ca que c’est une « page d’accueil » : on y met sa météo, son agenda…

  •  » il est extrèmement facile de la manipuler. »
    Je ne suis pas tout à fait d’accord : si une information n’est pas vérifiable, il faut partir du principe qu’elle est fausse. Il suffit de s’en tenir aux informations vérifiables et vérifier une info, c’est très facile la plupart du temps. Il suffit parfois de décrocher son téléphone.
    Par ailleurs, en matière d’intelligence économique ou de veille, aucune urgence! On est pas pressés par le temps, au contraire des journalistes qui sont obligés de faire des choix très rapidement pour être en phase avec l’info.
    J’ajouterais enfin que dans le monde des entreprises, lancer une rumeur n’est probablement pas si facile que ça. Je doute que quelques #hashtags même précis puissent déstabiliser ou ré-orienter la stratégie d’une entreprise.

    « (…) l’information sur Twitter n’a d’intérêt que s’il y a des RT »
    Pas d’accord non plus, en matière économique Twitter n’est pas seulement une machine a relayer SA propre info. C’est avant tout un moyen d’être tenu au courant de ce qu’il se passe dans son domaine d’activité. Effectivement « les articles originaux ne viennent pas de Twitter », ni « souvent » ni jamais : Twitter n’est pas conçu pour ça. Comme le dit son créateur, Twitter n’est pas un réseau social, c’est un réseau d’information. Pour les contenus originaux il y a les sites et les blogs.

    « Netvibes qui résume l’actualité plutot qu’autre chose ». Encore une fois, désolé de vous contredire :), mais Netvibes ne se résume pas à ça. Netvibes aggrège toutes sortes de flux : d’actualité, de météo, de sites, de blogs, tweets etc. Tout comme Google Reader, ou tant d’autres. En ce qui me concerne, je trouve que Netvibes présente un paramétrage visuel plus agréable. C’est pour cela que je l’ai choisi.

    Je ne connais pas la différence entre RSS et ATOM au niveau de l’usage. Pouvez-vous en dire +?

    L.

  •  » il est extrèmement facile de la manipuler. »
    Je ne suis pas tout à fait d’accord : si une information n’est pas vérifiable, il faut partir du principe qu’elle est fausse. Il suffit de s’en tenir aux informations vérifiables et vérifier une info, c’est très facile la plupart du temps. Il suffit parfois de décrocher son téléphone.
    Par ailleurs, en matière d’intelligence économique ou de veille, aucune urgence! On est pas pressés par le temps, au contraire des journalistes qui sont obligés de faire des choix très rapidement pour être en phase avec l’info.
    J’ajouterais enfin que dans le monde des entreprises, lancer une rumeur n’est probablement pas si facile que ça. Je doute que quelques #hashtags même précis puissent déstabiliser ou ré-orienter la stratégie d’une entreprise.

    « (…) l’information sur Twitter n’a d’intérêt que s’il y a des RT »
    Pas d’accord non plus, en matière économique Twitter n’est pas seulement une machine a relayer SA propre info. C’est avant tout un moyen d’être tenu au courant de ce qu’il se passe dans son domaine d’activité. Effectivement « les articles originaux ne viennent pas de Twitter », ni « souvent » ni jamais : Twitter n’est pas conçu pour ça. Comme le dit son créateur, Twitter n’est pas un réseau social, c’est un réseau d’information. Pour les contenus originaux il y a les sites et les blogs.

    « Netvibes qui résume l’actualité plutot qu’autre chose ». Encore une fois, désolé de vous contredire :), mais Netvibes ne se résume pas à ça. Netvibes aggrège toutes sortes de flux : d’actualité, de météo, de sites, de blogs, tweets etc. Tout comme Google Reader, ou tant d’autres. En ce qui me concerne, je trouve que Netvibes présente un paramétrage visuel plus agréable. C’est pour cela que je l’ai choisi.

    Je ne connais pas la différence entre RSS et ATOM au niveau de l’usage. Pouvez-vous en dire +?

    L.

  • Bien que n’étant pas géographiquement installé en Bretagne, l’enquête dont vous soumettez le résultat m’interpelle sur un point :

    Ces entreprises sous-estiment le Web parce qu’elles ne disposent pas, dans leur personnel, d’un chargé de veille ayant reçu une formation spécifique capable de comprendre et d’expliquer l’apport d’Internet, mais aussi ses enjeux, voire ses risques. Peut-être aussi parce que le ROI d’une telle démarche est parfois mal perçue par le dirigeant.

    Votre exemple semble, en tout cas, montrer, qu’un besoin en information, voire en formation, reste à satisfaire. Et je suis persuadé que les entreprises bretonnes ne sont pas les seules dans cette situation.

    En tant que consultant, je reste disponible et ouvert à toute proposition.

  • Bien que n’étant pas géographiquement installé en Bretagne, l’enquête dont vous soumettez le résultat m’interpelle sur un point :

    Ces entreprises sous-estiment le Web parce qu’elles ne disposent pas, dans leur personnel, d’un chargé de veille ayant reçu une formation spécifique capable de comprendre et d’expliquer l’apport d’Internet, mais aussi ses enjeux, voire ses risques. Peut-être aussi parce que le ROI d’une telle démarche est parfois mal perçue par le dirigeant.

    Votre exemple semble, en tout cas, montrer, qu’un besoin en information, voire en formation, reste à satisfaire. Et je suis persuadé que les entreprises bretonnes ne sont pas les seules dans cette situation.

    En tant que consultant, je reste disponible et ouvert à toute proposition.

  • Stam

    Peut être aussi qu’à un moment on arrêtera de confondre Intelligence Economique et Veilleur.

  • Stam

    Peut être aussi qu’à un moment on arrêtera de confondre Intelligence Economique et Veilleur.

  • Ce n’est pas demain la veille (c’est le cas de le dire…)

    Car l’article 33-1 du projet de loi LOPPSI 2 inclut dans l’Intelligence Economique les activités de collecte et d’analyse de l’information, qui relèvent de la Veille.

    Ce qui ne sera pas sans poser des difficulté aux professionnels de ce secteur…

  • Ce n’est pas demain la veille (c’est le cas de le dire…)

    Car l’article 33-1 du projet de loi LOPPSI 2 inclut dans l’Intelligence Economique les activités de collecte et d’analyse de l’information, qui relèvent de la Veille.

    Ce qui ne sera pas sans poser des difficulté aux professionnels de ce secteur…

  • Stam

    Juste pour revenir sur la manipulation de l’info sur Twitter.

    En fait tout dépend de votre veille, si c’est une veille classique avec des infos qui ne changent pas vraiment selon le support surveillé cela est aisé.

    Une news croquante venant de Twitter et l’attention du veilleur est aiguisée.

    Une veille sur #piscine et une news sur des nouvelles cartouches de filtration par une entreprise strasbourgeoise qui vend des produits moins cher, plus un RT d’un consommateur content de cette société, ca peut aller loin.

    Vous pourrez trouver que je vais loin mais l’adage selon lequel il faut connaitre son adversaire avant de combattre est parfaitement adaptable dans cette situation.

    Si je connais la méthode de veille de la cellule d’I.E

  • Stam

    Juste pour revenir sur la manipulation de l’info sur Twitter.

    En fait tout dépend de votre veille, si c’est une veille classique avec des infos qui ne changent pas vraiment selon le support surveillé cela est aisé.

    Une news croquante venant de Twitter et l’attention du veilleur est aiguisée.

    Une veille sur #piscine et une news sur des nouvelles cartouches de filtration par une entreprise strasbourgeoise qui vend des produits moins cher, plus un RT d’un consommateur content de cette société, ca peut aller loin.

    Vous pourrez trouver que je vais loin mais l’adage selon lequel il faut connaitre son adversaire avant de combattre est parfaitement adaptable dans cette situation.

    Si je connais la méthode de veille de la cellule d’I.E

  • Guillaume

    @Patrick : n’est-ce pas normal de retrouver les activités de collecte et d’analyse de l’info dans l’intelligence économique ? La veille fait bien partie de l’IE si mes souvenirs sont bons

  • Guillaume

    @Patrick : n’est-ce pas normal de retrouver les activités de collecte et d’analyse de l’info dans l’intelligence économique ? La veille fait bien partie de l’IE si mes souvenirs sont bons

  • @Guillaume : Absolument..Ma remarque venait en réponse à celle de Stam, qui semble vouloir dissocier les deux activités.

    Cependant, en ce qui concerne le projet de loi LOPPSI 2, la définition me semble beaucoup trop vaste. De fait, elle englobe des métiers qui n’ont rien à voir avec l’Intelligence Economique.

    Mais c’est un autre débat…

  • @Guillaume : Absolument..Ma remarque venait en réponse à celle de Stam, qui semble vouloir dissocier les deux activités.

    Cependant, en ce qui concerne le projet de loi LOPPSI 2, la définition me semble beaucoup trop vaste. De fait, elle englobe des métiers qui n’ont rien à voir avec l’Intelligence Economique.

    Mais c’est un autre débat…

  • Pingback: Twitter à l’usage des débutants | Web Patron!()