WEB : les PME bretonnes frileuses? 2

Les entreprises bretonnes, tout comme partout en France, « résistent » encore beaucoup au web. En cause, une certaine culture d’entreprise mais également les offres, pas toujours adaptées.

 

La réactivité des PME bretonnes aux TIC (Technologies de l’Information et de la Communication), n’est « pas grande » selon un rapport du M@arsouin (Môle Armoricain de Recherche sur les Sociétés de l’Information et des Usages d’Internet). Si la quasi-totalité (99%) des entreprises de plus de 10 salariés a accès à l’internet, seule la moitié (53%) possède un site internet, qui se limite, dans la plupart des cas, à une simple présentation institutionnelle de l’entreprise. Des chiffres proches de la moyenne française, selon le même M@rsouin (1).

 

 

Pourquoi la pénétration des TIC dans les PME  bretonnes (et françaises en général) n’est-elle pas plus importante? Gaël Tournesac est conseiller d’entreprise -spécialiste des TIC- à la Chambre de Commerce et de l’Industrie de Rennes. Il anime également le réseau RFID Bretagne.

9999

(2 minutes)

En 2009, le web a rimé avec médias sociaux. (2)

Facebook, Twitter, Blogs d’entreprise : quel intérêt pour les PME?

9999

(1 minute 14s)9

Olivier Aptel fait partie de ceux qui ont fait le pari du web. Le directeur de l’Ecole Supérieure de Commerce de Rennes affiche clairement son intention de faire la différence sur ses concurrents en positionnant l’école sur le créneau des web-technologies (voir ce post consacré au sujet). Pour lui, le niveau d’intégration du web dans les entreprises est lié au secteur dans lequel elles exercent.


Olivier Aptel, directeur de l’ESC Rennes

——————————————————————

(1) En 2007, un rapport du Ministère de l’Economie indiquait à ce sujet : »Aux Etats-Unis, 40% de la croissance constatée ces dernières années est imputable aux TIC selon l’OCDE. C’est en particulier un facteur majeur dans les décalages qui se sont créés au cours de la décennie 1995 – 2005 entre les Etats-Unis et les pays d’Europe du Nord (Royaume-Uni, Pays scandinaves) d’une part, et les grands pays développés d’Europe continentale d’autre part, en particulier la France. Ainsi, toujours selon l’OCDE, les entreprises françaises et notamment les PME, qui se situent dans la moyenne européenne, investissent deux fois moins dans les TIC que leurs homologues aux Etats-Unis. »

(2) Facebook a dépassé les 350 millions d’adhérents – l’équivalent de la population américaine et espagnole – et permet depuis novembre 2009 d’ouvrir une boutique en ligne. En France, le nombre d’inscrits à Facebook a plus que doublé en un an, passant de 6 millions en décembre 2008 à 15 millions en décembre 2009.
Progression phénoménale également pour Twitter, l’outil de micro-blogging devenu plus rapide que les agences de presse (cf la couverture médiatique du récent tremblement de terre d’Haïti) ouvrant la voie au web en temps réel et à une nouvelle forme de marketing. On retiendra notamment que Twitter a permis à Dell d’augmenter son chiffre d’affaires de 6,5 millions de dollars en deux ans, via de simples messages publicitaires de 140 caractères, totalement gratuits.

Auteur du billet : 

J'accompagne les entreprises dans leur communication sur les médias et réseaux sociaux : stratégies de contenu et d'animation, community management, formation, conférences. Je suis basé à Rennes, en Bretagne.